Santé

Les super aliments, détox ou intox ?

Vendredi 26 mai 2017

Acaï, chia, maca, baies de Goji, on les trouve dans les rayons bio souvent à des prix exorbitants … Ce sont les super aliments. Apparu à la fin des années 90, « super aliment » est une expression, non-scientifique, désignant des aliments aux bénéfices prétendument extraordinaires pour la santé :  Les super aliments remplissent  plusieurs critères : de taille réduite pour un coût très élevé, leurs origines sont lointaines (Amérique du Sud, Himalaya …), et ils présentent des arguments imparables en terme nutritif. Ils regorgeraient ainsi de pouvoirs antioxydants, de vitamines aussi rares que précieuses et autres minéraux. Mais passé l’attrait marketing, le terme de super-aliments est-il vraiment justifié ?

Les super-aliments perdent une grande partie de leurs vertus lors de leur acheminement

Alors que la publicité vante leurs effets miraculeux, les études scientifiques sont trop rares, ou les quelques résultats trop peu probants, pour confirmer ces allégations. En 2006, une étude sur l’acaï, montrait sa capacité antioxydante exceptionnelle. Mais l’étude ne portait pas sur l’acaï lui-même, mais simplement sur les nutriments qui en sont extraits. A titre d’exemple, la morphine est bien issue du pavot, mais ce n’est pas pour autant que les graines de pavot sur un  pain de campagne ont la capacité d’anesthésier dès la première bouchée. Par ailleurs, ces aliments du bout du monde perdraient une grande partie de leurs vertus lors de leur acheminement jusque dans nos magasins ainsi que par les diverses transformations auxquelles ils sont soumis ... 

Le jus d'acai n'est pas plus riche en antioxydants que le jus d'orange

C’est pourquoi, in fine, le jus d’acaï ne serait pas plus riche en antioxydants que le vin rouge ou le jus d’orange ! De même, en terme nutritif, le chou, les brocolis et les navets vaudraient finalement autant que l'açaï ou le chia … Autre problème posé par l’attrait de l’Occident pour ces nouvelles denrées : l’explosion des prix dans les pays producteurs : en 2009, au Brésil, le prix de l’acaï avait augmenté de 60 fois en moins de 10 ans. Autrefois aliment de base, l’acaï est devenu un luxe.

On se nourrit moins de matière que d'énergie

Un constat venant rappeler que l’on se nourrit bien moins de matière que de son énergie. Vivants et donc sensibles, ces aliments ne sont pas à confondre avec de simples gélules vitaminées. Pour l’ancestrale médecine chinoise, rien ne vaut une pomme tout juste tombée de l’arbre, concentrant alors pleinement le « Chi », l’énergie vitale. Frais et disponibles, les super-aliments sont à nos pieds. 

Etudes : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17061840

Ajouter un commentaire

Text non formatté

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Search Engines will index and follow ONLY links to allowed domains.

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question nous protège des robots spammeurs

L'auteur

Céline Chadelat

Article publié le 27/02/17

A force de penser yoga, de parler yoga, de conseiller de faire du yoga, Céline a finalement jugé bon d'ouvrir un blog sur le yoga. Après avoir été pigiste pour des revues spécialisées sur le yoga et les religions, elle publie "Thich Nhat Hanh, une vie en pleine conscience" aux Editions du Châtelet en 2016. Mettre en relation le plus grand nombre de personnes avec le yoga est un souhait profond qu'elle réalise avec ce blog, et prochainement avec le site capyoga.com, une plateforme conçue pour mettre en relation professeurs et futurs élèves. www.capyoga.fr

Retrouvons-nous