Satsang

Question

"Je suis souvent dans un état de fatigue, je bâille constamment et je pourrais dormir 14h par nuit si je m'écoutais, qu'en pensez-vous ? (Et pourtant je n'ai pas de carence en fer)" Elfie, 24 ans.

La réponse de l'expert

 

Elfie, Bonjour,

Tout d'abord, il est important de savoir si cette fatigue est permanente, ou alors, si elle se présente uniquement à certaines périodes de votre vie. Si celle-ci se produit à l'automne, cela est tout à fait normal. La nature se met au repos, les feuilles tombent, certains animaux vont hiberner, les insectes se retirent. Dans notre société moderne, nous avons mis de côté le fait d'aller au rythme de la nature. Celle-ci a ses règles, sa propre logique et son propre bon sens, d'où le besoin pour certains types de personnes d'apprendre à mieux connaître leur nature profonde.

Il se peut aussi, que nous n'ayons pas écouté convenablement nos cycles de sommeil, et nous avons ainsi poussé « notre mécanique » humaine dans une hyperactivité outrancière. Alors celle-ci se rappelle à nous. Le fait de bailler constamment en est un phénomène révélateur. Tout cela est donc normal. Profitez donc de ce temps de retrait, de ralentissement des rythmes de la nature, pour vous reposer, pour vous régénérer, pour aller en profondeur à l'intérieur de vous et devenir plus à l'écoute de vos biorythmes intérieurs, de votre corps et de vos vrais besoins. Le yoga, les techniques de respiration et la science des Pranayamas, ainsi que la méditation quotidienne peuvent vous y aider.

Maintenant, au sujet du sommeil, il est important d'aller en explorer selon la tradition védique ce qu'il recèle. L'être humain est assujetti aux quatre états de conscience appelée « Avastha » en sanskrit. Quels sont-ils ?

Les états de veille dans le yoga

Le premier est l'état de veille, "Jagrut Avastha" ; le second est l'état de sommeil profond, "Sushupt Avastha" ; le troisième est l'état de rêves, "Swapna Avastha" ; le quatrième est l'état d'éveil, de pleine conscience, "Turiya Avastha".

Nous dormons tous les jours, et cependant, nous avons rarement, voire jamais, pris le temps d'explorer notre sommeil. Le rythme effréné de notre société moderne a altéré de façon drastique nos biorythmes. Nous pouvons, certes, augmenter la quantité d'heures de sommeil, et, à la fois ignorer parfaitement, comment en améliorer la qualité.

C'est pour cette raison qu'il est intéressant d'aller découvrir quelles sont les qualités de la conscience qui peuvent nous permettre de mieux appréhender dans un premier temps, cet état de conscience appelé le sommeil, "Sushupt".

Dans la tradition védique, la Science de la Vie connue sous le nom de l'« Ayurveda » nous offre une meilleure compréhension de nous même à travers la connaissance des cinq éléments qui constituent le macrocosme et le microcosme, l'éther, l'air, le feu, l'eau et la terre et les trois qualités, humeurs essentielles, appelées "Gunas" : Sattva, Rajas et Tamas.

Les humeurs ou "gunas", indicateurs de fatigue

Toute la création est gouvernée par ces trois qualités et ces cinq éléments. Elles dominent tous les aspects de notre vie - de la plus banale à la plus subtile.

Sattva, c'est l'équilibre, nos facultés de perception, d'observation et d'expression sont affinées. C'est cette qualité qui maintient le bon fonctionnement de tous systèmes du macrocosme et du microcosme. Nous nous sentons légers, épanouies, avec notre mental stable et équanime.

Rajas : c'est l'activité, le dynamisme, nous en avons besoin. Mais si cette qualité est en excès alors, ceci devient de l'hyperactivité, de l'agitation, de l'énervement, voire même de la colère et de l'agressivité. Au niveau de nos pensées, lorsque notre système est équilibré, elles sont rapides et stables, mais lorsque celui-ci est déséquilibré, leur flux est rapide et instable, leur nature parasite. Cette qualité appelée Rajas nous aide aussi, à bon escient, à atteindre nos objectifs, à réaliser nos projets.

Tamas : c'est l'inertie, le repos, la lenteur. Nous avons également besoin de cette qualité qui nous pousse à dormir, à ralentir nos rythmes. Cependant, en excès, cette qualité développe dans notre vie l'apathie, la déprime, voire même, un manque d'intérêt pour la vie.

À un moment donné, l'une de ces qualités domine notre vie et notre environnement.

Lorsque les Gunas sont équilibrées, nous avons une meilleure compréhension des choses, une meilleure perception de la réalité ainsi qu'une meilleure prise sur les événements de notre vie. Comment pouvons-nous équilibrer ces trois qualités, ces trois humeurs, ces trois Gunas ? En prenant soin de faire attention aux quatre sources d'énergie qui redynamisent notre corps, notre mental et notre esprit. Que sont-elles ? La nourriture, le sommeil, la respiration et la méditation.

Lorsque le sommeil est déséquilibré ou de mauvaise qualité, nous pouvons alors porter notre attention sur ces trois autres sources. En ce qui concerne la respiration et la méditation, je vous invite à suivre quelques séances ou stages qui vous donneront les outils essentiels à une bonne pratique. D'ores et déjà, vous pouvez aller visionner une vidéo* de l'une de mes interviews sur la respiration yogique. En une vingtaine de minutes, vous pourrez apprendre 2 à 3 exercices de respiration qui vous serviront à améliorer la qualité de votre vie. En ce qui concerne la nourriture, déjà, sans donner un cours approfondi sur celle-ci, nous pouvons cerner quelques types de nourritures qui influencent le Guna Sattva.

La nourriture sattvique  est une nourriture qui promeut la vie, la vitalité, la force, la santé, la joie et la gaieté. Elle est généralement douce, nourrissante et agréable. Nous privilégions une nourriture fraîche, complète, naturelle et de bonne qualité avec des fruits et des légumes verts, de saisons de préférence. Une diète à tendance végétarienne augmente le Sattva.

La nourriture mentale

Quand nous parlons de nourriture, nous pouvons aussi intégrer la nourriture mentale. Les films violents, agressifs, et, visionnés trop fréquemment peuvent augmenter Rajas ou Tamas. Ce que nous regardons, lisons, écoutons a un impact direct sur nos humeurs. En intégrant la connaissance des Gunas à notre vie, notre pensée est libérée du fait d'avoir été conditionnée de telle ou telle manière. Nous comprenons alors que les événements qui se produisent dans notre vie sont, eux aussi, régis par le jeu des Gunas. Cette compréhension nous libère des interprétations erronées, des jugements hâtifs. Cette appréhension du jeu des trois Gunas crée une harmonie ainsi qu'une paix durable. Notre capacité à gérer et à transformer l'impact des trois Gunas à notre existence, joue un rôle important dans notre bien-être au quotidien et dans notre évolution spirituelle.

Ce qui peut permettre également à équilibrer les Gunas, ce sont la danse, le chant, l'art, le sport et garder un sourire intérieur.

 

Ajouter un commentaire

Text non formatté

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Search Engines will index and follow ONLY links to allowed domains.

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question nous protège des robots spammeurs

L'auteur

Stéphane Ayrault

Article publié le 27/02/17

Depuis une vingtaine d’années, Stéphane Ayrault œuvre dans les domaines de l’éducation au bien-être et à la santé, du développement durable et de l’humanitaire. Il est aujourd’hui formateur des professeurs internationaux de l’Art de Vivre. Il anime régulièrement des séminaires et des conférences sur la gestion du stress, la science des pranayama, la méditation et la sagesse védique dans le monde entier. En 2015, il sort son album de chants Bhajans et Mantras intitulé Sagesse. Il anime mensuellement l'émission Sagesse sur Radio Médecine Douce.

Retrouvons-nous