Professeur du mois - Mars 2017

Interview Ananda Ceballos, dire adieu aux régimes grâce à la pleine conscience

Professeur de Yoga du mois

 

Interview d'Ananda Ceballos, dire adieu aux régimes grâce à la pleine conscience

Danseuse, formatrice de yoga, la pimpante Ananda Ceballos est l’initiatrice de YOOME, un projet innovant qui consiste à déguster nos plats en pleine-conscience : en unissant le corps, le cœur et l’esprit. A terme, cette méthode pacifie le rapport à la nourriture pour retrouver un équilibre. Rencontre avec une passionnée de la vie.

Capyoga: Faire découvrir l'art du repas en pratiquant la pleine-conscience, cela consiste en quoi ?

Ananda Ceballos: Manger en Pleine Conscience consiste à porter une attention dénuée de jugement et de critique, aussi bien à l'intérieur de nous, -dans notre corps, notre coeur et notre esprit-, qu’à l’extérieur, à notre environnement, pendant que nous mangeons.Ce que l’on mange est important, mais comment on mange est aussi crucial pour notre santé. Nous savons aujourd’hui qu’il est vital de consommer une nourriture saine, équilibrée et diversifiée,  le plus possible issue de l’agriculture biologique, idéalement de saison et locale. Nous commençons aussi à nous rendre compte que, végétariens ou pas, il est important de diminuer notre consommation de viande compte tenu de l’impact écologique de l’élevage, et de nos modes de vie de plus en plus sédentaires. Toutefois, si cela est très important, construire l’alimentation de l’avenir passe aussi par prendre soin de sa façon de manger. 

 

A quel public s’adresse le stage  « 9 semaines pour apprendre à manger en pleine conscience » ?

Aux personnes ayant une tendance modérée à se suralimenter, ou aux prises avec un problème comme l'obésité, la boulimie, l’anorexie ou l’orthorexie - trouble du comportement alimentaire qui consiste en l’obsession pour l’alimentation saine. A la différence de la plupart de régimes et/ou des techniques qui imposent des changements de l’extérieur pour changer notre façon de nous alimenter, la pleine conscience cherche à faire émerger un changement de l’intérieur, doucement, au rythme de chacun.On se concentre sur la gestion des émotions et ses pensées, à développer la tolérance aux émotions négatives sans devoir compenser par des prises alimentaires. On développe progressivement la capacité d’identifier les sensations de faim et de satiété et à les distinguer des autres sensations qui peuvent être induites par des situations émotionnellement difficiles. 

 

Comment se déroule la pratique?

 Pour approcher cette discipline de la façon la plus cohérente selon les objectifs de chaque personne j’ai conçu trois degrés progressifs.

Tout d’abord, je propose des ateliers-découverte au restaurant. L’expérience se déroule sous la forme d’un repas guidé, dans un salon calme proposant une cuisine savoureuse et saine. Ce sont des moments conviviaux, malgré le silence dans lequel se déroulepar moments l’expérience. On rit et on s’amuse en rendant conscients des gestes et des habitudes alimentaires que l’on réalise d’ordinaire de façon automatique. Dans ce même esprit, j’organise aussi des « pop-up restaurants » : des déjeuners ou des diners en pleine conscience à domicile ou dans des centre de yoga, pour faire l’expérience de l’alimentation consciente en famille, entre amis ou yogis.

Ensuite, lors de journées ou de week-ends, j’anime des stages d’approfondissement. On fait du yoga, on bouge, on fluidifie le corps tout en apprenant à l’écouter de façon de plus en plus fine. A l’heure du déjeuner on passe à table faisant du moment du repas un temps de pratique aussi, de travail sur le corps et l’esprit. Au même titre que pendant les postures réalisées sur le tapis, on écoute son corps et ses sensations, on apprend à connaître et à respecter ses propres limites, à accueillir le plaisir simple et tranquille de respirer, de manger…

 

Comment passe-t-on du yoga à la méditation ? Est-ce si différent ?

Je ne vois pas de coupure entre les deux. Même si de nos jours, quand on parle de yoga on pense presque systématiquement au « yoga postural », physique, je conçois la méditation comme l’une des étapes naturelles dans la pratique du yoga. Si l’on se réfère par exemple à la Hatha-Yoga Pradipika, le texte qui systématise la pratique du hatha-yoga, il est clairement établi que le but de cette disciplineest la méditation (râja yoga). Par ailleurs, la recherche d’une présence attentive et constante, ainsi que d’un certain détachement bienveillant dans le regard, constituent pour moi la « substantifique moelle » de la pratique des postures.

 

Quelle est  la qualité la plus importante d’un professeur de yoga ?

 Tout d’abord, l’honnêteté vis-à-vis de ses compétences, c’est-à-dire avoir suivi une formation certifiante voir diplômante. Aujourd’hui, assurer une transmission authentique et de qualité passe par un parcours de formation qui s’inscrit dans un processus de maturation et de développement personnels. Une formation ainsi conçue ne se résume pas à une simple acquisition de techniques. Elle vise surtout la cohérence (faire ce qu’on dit et dire ce qu’on fait) et est basée sur la compréhension, l’expérience, et l’intégration personnelle des principes du yoga. Ensuite, si je devais nommer d’autres qualités à développer chez un professeur de yoga, je me permettrais de citer Karlfried Graf Dürkheim (1896-1988). Ce dernierparlait du besoin de cultiver trois valeurs essentielles résumées comme« les trois H ». D’abord, l’humanité, un sentiment profond d’interdépendance qui fait naître la compassion et la bienveillance envers soi et envers les autres. Ensuite, l’humilité,renoncer à s’enfermer dans ses convictions, s’abstenir d’ériger en dogme nos vérités et respecter l’autre dans sa différence. Et finalement, l’humour, car on peux très bien être sérieux sans se prendre au sérieux !

 

Avec votre prénom, il semble que vous soyez prédestinée au yoga ...

Je suis née de parents professeurs de yoga. Autodidactes au début, ils ont découvert le yoga dans les années 60-70. Mes parents étaient très engagés politiquement dans la lutte contre la dictature de Franco. Je pense que ce qui m’a le plus marquée de leur vision du yoga a été leur compréhension de cette discipline comme un puissant outil de transformation et comme un vecteur de libération personnelle. Après, j’ai voulu me construire ma propre idée de l’Inde et du yoga. Me frayer mon propre chemin comme chercheuse, enseignante et formatrice de yoga m’a beaucoup aidé pour cela.

 

Pour vous, qu’est-ce qu’est être en paix ?

 Pour moi être en paix consiste à ressentir un sentiment de quiétude accompagné d’une sensation vibrante d’être vivante. Mais je crois aussi qu’être en paix n’est pas nécessairement toujours « agréable ». Être en paix peut être aussi savoir reconnaître et être pleinement présente à ma vulnérabilité et pouvoir accepter mes blessures.

 

Infos Pratiques :

Le projet YOOME :http://www.yoome.fr/

https://www.facebook.com/yoome.fr

Email : contact@yoome.fr

 

Retrouver Ananda :

http://www.samasthitistudio.net/enseignants-efay

Et aussi:

- Fédération Nationale des Enseignants de Yoga http://lemondeduyoga.org

- Ecoles professionnelles :

Ecole Française de Yoga de Paris http://efy.asso.fr

Ecole Française de Yoga du Sud-Est http://conservatoireduyoga.net/efyse-ecole-francaise-de-yoga-du-sud-est

Ecole Française de Yoga  de Lyon (EFYL) http://conservatoireduyoga.net/EFYL-Ecole-Francaise-de-Yoga-de

NATA : http://www.nataparis.com

L'auteur

Mélissa Olas

Article publié le 23/02/17

Mélissa est une étudiante diplômée en langues étrangères appliquées, riche de voyages à travers L'europe et passionnée par les cultures étrangères, elle pratique le yoga et tente de l'appréhender avec un esprit très ouvert sur le monde

Ajouter un commentaire

Text non formatté

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Search Engines will index and follow ONLY links to allowed domains.

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question nous protège des robots spammeurs